Le pétrole baisse, l’électricité et le gaz ne suivent pas

  • Tendance : L’euro affaiblit par les crises politiques
  • Pétrole : L’Opep augmente la production : les prix commencent à baisser
  • Gaz naturel : Pas d’impact constaté sur le prix du gaz malgré l’accord sur le pétrole
  • Electricité : Les prix à court terme restent haut

Contexte général
L’euro affaiblit par les crises politiques

L’Europe est en crise. Entre les nouveaux gouvernements italien et espagnol, la crise migratoire,  les lenteurs dans la procédure du Brexit et la baisse de confiance pour Angela Merkel , l’euro perd du terrain face au dollar. De plus la Banque centrale européenne (BCE) a annoncé qu’elle n’achèterait plus d’obligation en 2018.

EUR/USD depuis février 2018 – Source: L’Echo


2018 reste décidément une année compliquée pour les approvisionnements énergétiques. Si les prix du pétrole continuent à baisser suite aux accords de l’Opep, la trève estivale devrait peser sur la demande et tirer les prix à la baisse.
Pour les contrats de fourniture à court terme, nous recommandons donc clairement les produits variables en formule click, de manière à saisir toute opportunité qui se présenterait.
L'avis de Zenobe

Source: Bloomberg

Pétrole
L’Opep augmente la production : les prix commencent à baisser

Les ministres de l’Opep ont convenu fin juin d’une hausse de la production de pétrole pour “répondre” à la demande mondiale dans un contexte de hausse des prix, comme le souhaitaient la Russie et l’Arabie saoudite, sous pression américaine. :

  • 1 million de barils seront produits en plus par jour
  • Trump se réjouit de l’annonce : “J’espère que l’Opep va augmenter son débit de manière significative. Il faut garder les prix bas !”
  • Le cours du pétrole a grimpé à l’annonce de la décision, de 2,08% (74,67%) pour le Brent pour redescendre actuellement aux environs de 74$.

Gaz
Pas d’impact constaté sur le prix du gaz malgré l’accord sur le pétrole

Malgré des températures clémentes et une baisse des importations de l’ordre de 20% en moins, les prix du gaz ne semblent pas vouloir baisser.
Actuellement, le MWh s’échange aux alentours de 20€ pour une livraison en 2019.
D’autre part, BP à publié le 13 juin son nouveau « Statistical Review of World Energy » qui présente ses dernières données actualisées sur l’énergie dans le monde. L’agence internationale de l’énergie l’avait annoncée, BP le confirme aujourd’hui : une hausse de 2,2% de la consommation mondiale d’énergie en 2017. Au total, les énergies fossiles auraient encore compté pour 85,2% de la consommation mondiale d’énergie primaire en 2017 selon les dernières données de BP (85,5% en 2016). Le gaz est la troisième source d’énergie la plus utilisée.

La consommation mondiale d'énergie primaire a doublé au cours des 35 dernières années. (©Connaissance des Énergies, d'après BP Statistical Review of World Energy)

Electricité
Les prix à court terme restent haut

Les prix de l’électricité, comme ceux du gaz, restent haut malgré la baisse du pétrole. Cela s’explique entre autres par les maintenances actuelles des centrales en ce mois dit “calme” et les rendements peu satisfaisants de l’énergie verte que sont l’éolien et le solaire.
Les prix du charbon sont toujours aussi hauts, ce qui influence également.

Le MWh s’échange environ 46€ à CAL19