Été 2018: le gaz continue de grimper et l’électricité reste très haut :

  • Tendance : La politique monétaire américaine renforce le dollar face aux autres devises
  • Pétrole : Après un mouvement baissier courant juillet, le pétrole proche de sa valeur d’avant l’été
  • Gaz naturel : Les faibles approvisionnements tirent les prix toujours plus haut
  • Electricité : Les prix à court terme au plus haut depuis 10 ans

Contexte général
La politique monétaire américaine renforce le dollar face aux autres devises

Le mois de juillet aura commencé fort avec les menaces des USA et la contre-attaque de l’Europe sur les taxes d’importations. Entre temps les premières taxations d’importations chinoises vers les États-Unis ont commencé. Une guerre commerciale démarre entre les deux pays. L’Amérique de Trump peut se targuer d’une croissance de 4%, c’est plus que la Chine et l’Europe. Le dollar se voit renforcer une fois de plus avec le durcissement de la politique monétaire américaine. En Europe la date butoir du Brexit approche, mais un accord entre la Grande-Bretagne et l’Europe semble difficilement possible. La livre sterling en subit les conséquences et s’affaiblit. En parallèle la livre turque s’effondre avec la dette extérieure et le large déficit de la Turquie.


Le tassement des prix que l’on peut traditionnellement observer pendant les mois d’été ne s’est pas produit cette année, et les prix aussi bien du gaz que de l’électricité restent très élevés, surtout pour les achats à court terme.
Nous maintenons donc notre recommandation de choisir des prix variables avec une option click afin de garder la possibilité de saisir les opportunités qui se présenteront.
L'avis de Zenobe

Source: Boursorama

Pétrole
Après un mouvement baissier courant juillet, le pétrole proche de sa valeur d’avant l’été

Le pétrole aura fait les montagnes russes pendant l’été. Début juillet il était à des sommets ( 80$/b) malgré les accords survenus plus tôt sur l’augmentation de la production par l’OPEP. Mais en une journée, il aura perdu près de 6$ grâce aux reprises des exportations libyennes. Un mouvement baissier plus vu depuis 2 ans. Cependant, en aout plusieurs éléments ont fait remontrer le Brent aux chiffres de juin : l’Arabie Saoudite et les USA ont baissé leurs productions temporairement et les menaces qui pèsent sur l’Iran.

Gaz
Les faibles approvisionnements tirent les prix toujours plus haut

Les prix du gaz à court terme n’ont cessé d’augmenter pendant l’été. Comment expliquer cela ? Principalement des problèmes d’approvisionnements qui s’expliquent par :

  • Des maintenances à répétitions en Grande-Bretagne et en Norvège
  • La fermeture du gazoduc Nord Stream en Russie
  • Un mouvement de grève survenu en mer du nord

Paralallèlement, le prix du GNL a fortement augmenté en Asie durant cette période et les prix élevés du charbon et du certificat d’émission CO².

Electricité
Les prix à court terme au plus haut depuis 10 ans

Cela faisait 10 ans que nous n’avions pas connu des prix aussi haut à court terme. Comme pour le gaz, le manque de production nucléaire et éolien dû aux fortes chaleurs et au manque de vent est le principal responsable de ce mouvement haussier constant. L’eau s’est faite plus rare et à obliger les centrales à réduire leur cadence pour continuer de se refroidir de manière optimale.