Electricité constamment à la hausse, baisse des prix du gaz en fin de mois

  • Tendance : L’économie américaine au meilleur de sa forme, la Chine recule
  • Pétrole : Les sanctions à venir sur l’Iran participent au mouvement haussier
  • Gaz naturel : Baisse des prix en fin de mois après le retour des livraisons norvégiennes et russes
  • Électricité : Malgré une baisse à la mi-septembre, la faible production européenne fait gonfler les prix

Contexte général
L’économie américaine au meilleur de sa forme, la Chine recule

Les affaires des uns ne font pas celles des autres.

Ce mois de septembre fut glorieux pour l’économie américaine, avec en outre l’annonce de nouvelles taxes à l’importation sur les biens en provenance de Chine. La guerre commerciale impulsée par les États-Unis a détrôné la Chine qui était à la seconde place boursière mondiale depuis 2014.

Ailleurs dans le monde, les pays émergents sont en crise avec une baisse continue de leurs devises.


Nous ne le répèterons jamais assez : le kilowattheure le moins cher est celui qu’on ne consomme pas. C’est plus vrai que jamais dans ce contexte de prix très élevé. Notre équipe est à votre disposition pour examiner avec vous comment réduire votre consommation et alléger votre facture.

L'avis de Zenobe

Source: Boursorama

Pétrole
Les sanctions à venir sur l’Iran participent au mouvement haussier

La prochaine mise en exécution de l’embargo sur le pétrole iranien (4 novembre 2018) a fortement influencé le marché ce mois-ci. Les pays s’y préparent depuis plusieurs mois maintenant. L’Inde a déjà réduit de 50 % ses importations iraniennes. La guerre économique que se livrent les USA et la Chine ne font rien pour arranger les choses ainsi que le contexte tendu des pays émergents.

Gaz
Baisse des prix en fin de mois après le retour des livraisons norvégiennes et russes

Un mois de septembre en demi-teinte pour le marché du gaz. En effet, en milieu de mois, les stocks européens étaient au plus bas depuis 5 ans. Cette pénurie fait craindre une augmentation des prix en cas de périodes de froid prolongées.

Cependant, les prix du gaz ont bénéficié d’une baisse grâce aux prix des émissions de CO² et du retour des livraisons à partir de la Norvège et de la Russie. Les périodes de maintenances semblent terminées, mais ce nouvel afflux ne comble pas les faibles stocks actuels. La vigilance est de mise.

Electricité
Malgré une baisse à la mi-septembre, la faible production européenne fait gonfler les prix

Malgré la baisse de prix des émissions de C0², le marché de l’électricité n’aura pas longtemps bénéficié d’un mouvement baissier. Les causes restent similaires aux derniers mois. La production d’énergie éolienne reste faible et les maintenances à répétitions des centrales nucléaires mettent à mal la disponibilité.

Fin septembre le MWh s’échangeait contre 68,38 €