Enfin une baisse des prix !

  • Tendance : Méforme sur les marchés européens et américains
  • Pétrole : Les incertitudes actuelles participent au mouvement baissier
  • Gaz naturel : Malgré la baisse des températures, les prix régressent en octobre
  • Électricité : La hausse de la disponibilité et la baisse du pétrole, du charbon et du CO2 font enfin chuter les prix

Contexte général
Méforme sur les marchés européens et américains

Une nouvelle page s’ouvre sur les marchés de l’énergie en ce mois de novembre.

L’Europe durcit le ton dans son bras de fer avec la coalition au pouvoir en Italie en rejetant son projet de budget 2019, une première dans l’histoire européenne.

Du côté européen deux problèmes particuliers secouent l’actualité :

  • La Commission Européenne a rejeté le projet 2019 du budget italien (une première dans l’histoire de la CE), le jugeant non conforme aux règles du pacte de stabilité et de croissance
  • Toujours aucune harmonie en vue concernant l’accord entre le Royaume-Uni et l’Union européenne sur le Brexit : cela laisse présager une extension des négociations.

De l’autre côté de l’Atlantique, nous avons assisté à un effondrement des actions, amenant certains acteurs à qualifier l’événement de « mercredi noir ». Donald Trump a imputé cette chute à la banque centrale américaine (FED) et à la politique de relèvement de taux que la réserve fédérale a décidé de mener.


On respire, les prix du gaz et de l’électricité se sont enfin légèrement tassés. Pas d’euphorie cependant, le répit pourrait être de courte durée. L’hiver est à nos portes, la production de nos centrales nucléaires reste incertaine et le contexte international demeure tendu.
A part peut-être pour le gaz en CAL21, notre recommandation reste le prix variable ; avec bien sûr la possibilité de cliquer un prix fixe si le contexte se montre favorable.
L'avis de Zenobe

Source: Boursorama

Pétrole
Les incertitudes actuelles participent au mouvement baissier

L’incertitude reste totale sur la situation “post sanction américaine” sur l’Iran. Alors que le mois précédant ces mêmes doutes avaient fait hausser les prix, en octobre, la tendance est à la baisse. Le mois de novembre sera déterminant : la Russie et l’Arabie Saoudite compenseront elles les pertes de production ?

Le baril de Brent s’échange aux alentour de 72,60$

Gaz
Malgré la baisse des températures, les prix régressent en octobre

Comme la fourmi, l’Europe a fait ses réserves en prévision du froid. Résultat : malgré les chutes logiques des températures, les prix n’auront pas augmenté, mais bien baissé.

On constate également une chute des prix du Gaz Naturel Liquéfié en Asie, ce qui va susciter dans  les semaines à venir une plus grande importation vers l’Europe.

Electricité
La hausse de la disponibilité et la baisse du pétrole, du charbon et du CO2 font enfin chuter les prix

La hausse des prix  constatée depuis aout se résorbe enfin ! Cette correction s’explique par plusieurs facteurs favorables:

  • Le prix du pétrole, du charbon et des contrats Co² sont à la baisse
  • La hausse de la disponibilité nucléaire en France justifie une exportation possible pour la Belgique

Le MWh s’échangeait  62€ fin octobre.